Derniers tours de pédales, mais le voyage continue.

Nous vous avions laissé au bout du monde, mais pas au bout de notre voyage pour autant…

Nous avons parcouru, en sens inverse, une partie de notre itinéraire pour remonter vers le Nord.

D’abord en bus jusqu’à Puerto Natales, puis en bateau de « croisière ».

Oh là, du bateau !

En fait, nous avons passé 4 jours sur un gros bateau qui transporte passagers et containers pour longer les fjords patagoniens. Ce fut de vraies vacances en pension complète, quel bonheur de ne pas avoir à penser à ce qu’on doit acheter pour 4 jours de nourriture, à « où est-ce qu’on va dormir », à « où est-ce qu’on va trouver un point d’eau ».

Et cerise sur le gâteau, on s’est régalé. Notre vie à bord était réglée sur nos repas, on attendait matin, midi et soir la douce sonnerie et le message qui nous annonçait que les repas était servis… Et on mangeait comme si on faisait de bonnes journées de vélo. Alors que notre activité physique était limitée à un cours de yoga le matin et un cours de taïchi l’après-midi.

Echec et Math !

Les journées étaient entrecoupées de délicieuses siestes, bercées par le roulis du bateau, de bonnes lectures, de mini-conférences sur la faune patagonienne, du dessin sur nos carnets de voyage, des jeux de carte, un peu de maths pour Fanny, et de belles discussions de voyage avec les autres passagers.

Je ne résiste pas à partager une réflexion de Fanny à la fin de ces 4 jours:  » En fait, c’est bien qu’il n’y ait pas de wifi sur ce bateau. A la maison j’aimerais bien faire des journées sans wifi…. » Ca laisse songeur, non ?

Nous avons rencontré notamment les 2 « Daniel » qui revenaient d’une traversée en voilier de 5 mois, de Lanzarote à Ushuaïa en passant par l’Antarctique. Ils avaient aussi fait un voyage en voilier pour rallier le Spitzberg depuis Cherbourg. Ca donnerait envie de se mettre à la voile tout ça.. et pourquoi pas ?

Quel plaisir de voir les paysages défiler, sans avoir à fournir d’efforts ! Enfin presque, car nous devions quand même rester très concentrés pour guetter l’apparition des baleines, dauphins et otaries. Mais nos efforts ont été récompensés, et nous les avons tous vu, et ce spectacle après l’attente est toujours magique.

Quelques dauphins. Les baleines ça ne rend rien en photo…

La météo fut mitigée, ce qui nous a permis de voir les différentes facettes de ces fjords majestueux, des glaciers et volcans. Et dire qu’une bonne partie de ces kms, nous les avons parcourus dans les terres à la force de nos mollets…

Mais toute bonne chose a une fin. Nous avons enfourché nos montures à Puerto Montt, et retrouvé le wifi de l’office du tourisme….

Pause wifi à l’office du tourisme de Puerto Montt. Chassez le naturel il revient au galop.

Des volcans

Notre dernière étape de vélo nous mènera à Puerto Varas, au pied d’un volcan en forme de cône. D’autres cônes vont désormais faire partie de notre quotidien, car en remontant au nord les températures ont bien grimpé. Les cônes seront souvent au dulce de leche (sorte de caramel au beurre salé ou confiture de lait de chez nous), à la coco ou au chocolat…..

Le cône du volcan Osorno vu de loin….
et de plus près.
Et le cône glacé de Fanny.
Comme ça on saura où aller, au cas ou.

Une belle balade pour se rapprocher de l’esthétique volcan Osorno, et quelques cônes plus tard, nous voici dans un nouveau bus de nuit pour regagner Santiago du Chili, où nous allons faire babysitter nos vélos, le temps de notre woofing argentin. Nous ferons la visite touristique de cette grande ville à notre retour.

L’Aconcagua

Pour l’instant, nous retournons dans les montagnes, à presque 3000m, pour côtoyer le géant du continent américain : l’Aconcagua (presque 7000 m). Et là, nous sommes scotchés par les paysages. Alors que nous y allions sans grande attente parce que l’on avait lu que ce sommet n’avait rien de très esthétique, nous sommes subjugués par les couleurs surréalistes des montagnes. La palette de couleurs est encore plus large que celle du sud Lipez en Bolivie. On en croit pas nos yeux… la magie du voyage.

Les montagnes arc en ciel, mais sur la photo ça ne rend pas tellement. Il faut venir…

Photo Manu Vous remarquerez le look Indiana jones ou crocodile dundee de Manu. Il rivalise avec les gauchos notre caballero.

Pour ces 2 nuits proche de l’Aconcagua, nous trouvons un logement assez insolite : un bus abandonné, comme dans « into the wild ». Nous installerons la tente à l’intérieur, à l’abri du vent.

Le seul petit « hic », ce sont les messages inscrits dans le bus qui mettent en garde contre les « deformes » qui descendent de la montagne la nuit…. Nous avons bien progressé en espagnol mais n’avons pas ce mot là dans notre lexique.

Alors chacun y va du sien : des fourmis, des rats, des fantômes… Pas très rassurant, mais avec Indiana jones dans notre tente, nous ne craignons rien !!

Fanny pense avoir La réponse à notre interrogation de la veille. Elle a senti un esprit lui caresser la main, puis faire du bruit vers mes pieds alors que j’étais immobile. Mais des esprits sympaticos, car ils nous ont bien laissé dormir !

Et retour à notre bus en suivant une voie ferrée désormais désaffectée qui traversait les Andes. Nous avons l’impression d’être dans le far west..

Nous tentons le stop pour rallier Mendoza, à 250 km de là. Nous faisons du « pouce » comme on dit ici, à côté del Puente del Inca. Cette arche naturelle, formée par des dépôts riches en minéraux, est une curiosité géologique.

Du coup les gens s’arrêtent, et pour nous c’est top. Nous seront accueillis dans la voiture de Sofia et Diego, un couple d’argentin, qui nous amèneront à destination en longeant encore des paysages incroyables.

Prochaine étape, du woofing dans une finca à San Rafael….

2 réflexions au sujet de « Derniers tours de pédales, mais le voyage continue. »

  1. Hello
    Quel plaisir de vous lire, de regarder vos photos… Le chemin parcouru est impressionnant. Je partage vos aventures et je suis fière de faire partager votre aventure et de vous connaître.
    Nous vous embrassons
    Sylvie et Christophe

    J'aime

  2. Yohhhhhhh!
    toujours autant de découvertes! Encore et encore des paysages que je ne retrouve pas en Chartreuse!!
    La croisière ça c’est de la balle! Sans WIFI ! t’as raison Mathilde, faut le couper de temps en temps ce truc là!
    J’espère que vous avez semé des petits cailloux partout pour que l’on puisse un jour peut être revenir sur vos traces!!!
    Into the Wild version MM’s c’est énormes! Attention aux champignons les amis! ont veut vous retrouver entier!
    Mais pas de soucis sur la thérapie : « un bonheur ne vaut que si il est partagé » ça vous l’avez bien compris!!!

    Big bises à tutti!

    Matthew and co.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s